Actualités

Vivant et turbulent Golfe du Morbihan

24 juin 2013

Pourquoi venir dans le Golfe du Morbihan à la rencontre de notre Maison d’hôtes ? Nous espérons par ces quelques lignes d’histoires vous faire connaître un peu notre région.

Vivant et turbulent Golfe du Morbihan, quelques six cent milliards d’eau y rentrent et sortent deux fois par jour.
Dans cette petite mer, tout est mouvement. Les courants, d’abord, qui atteignent des vitesses étourdissantes. André Gide, nous dit d’explorer la Petite Mer, à pied, en kayak, à vélo ou en sinagot.

Depuis des millénaires, Le Golfe du Morbihan se transforme et convertit en îles ses collines d’autrefois, fait la part belle à l’océan qui renouvelle ses eaux deux fois par jour. Il compte parmi les plus belles baies du Monde. Chaque île est un continent miniature, délimité par les eaux. Il arrivait souvent que le paysage de l’île présentât une particularité aux yeux des anciens. Cela inspirait une dénomination. L’île d’Holavre, âpre comme le sel, doit le sienne au breton Hol, sel et avras, qui signifie « beaucoup » ou « rude ». Les plus proches de Vannes, les îles de Boëd et de Boëdic s’annoncent plus ou moins en « friches », d’après leur nom celtique. Quand à Dervenne, au large de Saint Armel, son nom nous rappelle qu’elle est un lopin de terre, entre deux sillons creusés par les flots, avec de part et d’autre ses grandes sœurs : Tascon et Bailleron.

La présence animale aussi à laissé des traces dans le toponymie du Golfe : sur l’île de Brannec – du Breton pour corbeau- et sur celle de Gavrinis- l’île de la chèvre.
Drenec est l’île du cormoran, tandis que Logoden s’annonce comme le repaire des souris.
Les plantes et la végetation ont également marqué les esprits et les lieux, et fourni quelques superbes appellations : la fougère à donné Radenec, la châtaigne Kistinig, le lierre l’île d’Ilur. Qui dira si Trohennec tire son nom des épineux ou des tourbillons qui animent le rivage ?.
Quand des personnages ont lassé des traces dans la mémoire de l’île, elle se nomme Piren ou Spiren, qui signifie espion en breton. Que dire de Berder, qui vient de Breudeur, frères au pluriel.

Enfin, des objets sont parfois à la source d’un toponyme. C’est le cas pour Huernic, le grand et le petit, deux îlots « à l’armure de roche » situés à l’entrée de la rivière d’Auray, entre Locmariaquer et la pointe du Blair.

La légende du Golfe du Morbihan ou la genèse de la Petite Mer :
On le sait, les légendes partent de l’imaginaire des hommes mais celui-ci s’appuie le plus souvent sur leur environnement, l’histoire et leur expérience de l’existence.
Le Golfe du Morbihan a la sienne, féerique et noble, attachée qu’elle est au fabuleux métal. Tout commença par une faute de l’être humain envers dame nature. Peu soucieux de détruire ce qu’il croit inépuisable, l’homme s’en prit un jour à la magnifique for^t de Rhuys s’avançant vers l’océan comme une belle épée d’émeraude. L’action des hommes vint troubler la quiétude des fées qui peuplaient en grand nombre cet endroit paradisiaque. Du coup, ces dernières s’envolèrent vers d’autres cieux, mais en quittant la forêt, leur vol saupoudra au dessus de la Petite Mer comme une poussière d’or qui se changea aussitôt au contact de l’eau salée. Il en fallait autant qu’il y avait de jours dans l’année, et c’est ce qui arriva : les îles du Golfes étaient nées.