Actualités

Amitié et hommage à notre ami Pascal pour son courage et sa volonté

21 juillet 2014

"du rififi dans la nurserie ,
nous sommes dimanche matin , le bruit de la mer m’accompagne dans ma quiétude habituelle . ces derniers temps , je suis sorti en mer presque tous les jours assistant a des spectacles divers et variés . ravissant a chaque fois mes compagnons de safari , et m’amenant a chaque cession a un temps de récupération exponentiellement grandissant !
le repos de l’après midi , le coucher tot de chaque soir ne me laisse pas beaucoup d’amplitude .
c’est pourquoi, en fait , nous sommes maintenant mardi et deux jours ont passé , j’ai reporté l’écriture dominicale , préférant consacrer du temps a me remettre en forme .
j’ai cédé ma place de guide pendant deux jours a une jeune écovolontaire de l’hotel baboo , ravie de me remplacer pour les deux dernières sorties en mer , l’affaire convenant a tout le monde , j’ai consacré le plus clair de mon temps au repos .
demain je revêt a nouveau « mon habit de lumière » , pour contempler la beauté de mes sœurs jubartes .
depuis la pleine lune , les naissances dans le canal n’ont eu de cesse . du coup , a chaque sortie on observe maman et bébé et aussi deux fois sur trois , l’escorte , ce fameux garde du corps . désirant profiter du retour de couche , ce coquin d’opportuniste aimerait bien s’en payer une grosse tranche , alors en l’échange d’un espoir de chalala , il offre ses services en toute « mauvaise foi « .
l’observation de ce couple mère_baleineau est toujours pleine de saveur ; le sens du toucher est a son comble , ces deux là sont toujours au contact.
Le « nourrisson » se joue du danger dans une touchante insouciance , il découvre ses capacités et s’entraine a toutes sortes de prouesse .il saute maladroitement ,, ne maitrisant pas encore la technique de foss bury , pardon pour l’orthographe ,on assiste a des cabrioles plutôt caucasses !maman veille au grain ,surveillant son rejeton , du coin de son gros œil aimant . les ruades et autres pirouettes ayant fatigué le petit , elle le pose sur son rostre , son nez , et le porte ainsi afin de le laisser reprendre son souffle . parfois aussi de cette façon , elle l’éloigne d’un obstacle , d’un bateau visiteur , elle le pousse docilement , il s’enroule autour de la tête de sa mère . dans son inconscience il ne fait pas la différence , tout innocent qu’il est entre le ventre d’une autre congénère et la coque d’une embarcation . ceux que nous croisons en ce moment ont quelques jours , cela se repère a la forme de la dorsale qui n’est pas encore dépliée, sorte de crête de coq au cartilage mou . sa couleur claire n’a pas encore viré au gris foncé et les parasites l’ont pour l’instant épargné . ils pèsent quand même de une a deux tonnes et mesurent de trois a quatre mètres , je vous le rappelle .
Comme tous les enfants ils sont curieux de tout et parfois imprudents . mardi dernier , en dérive tranquillement sur mère baleineau escorte , nous assistions a un joli spectacle au première loge . les mégaptères tournant autour du bateau , passant dessous , semblant nous ignorer . plusieurs fois le petit tente une approche , mais maman veille ! un instant d’inattention , auquel je ne crois pas et voilà notre nourrisson collé a la coque du Aléfa , par tribord , refus de priorité dirions nous en régate . son ventre est a touche touche , je veille a mon équipage , fasciné et interrogatif , sur l’avant une compagne de mer touche le petitou , et sent surement passé l’onde fantastique du bonheur tactile .
Le bateau bouge un peu par le travers , juste derrière le rejeton ,un dos énorme suit sa progéniture , juste dans l’axe de notre embarcation, 2 mètres devant tout au plus !!! un seul derrière son bébé , magie de la coordination et de l’appréciation des obstacles , elle effleure a peine notre proue . tout mon petit monde est figé a bord , partagé entre crainte et émerveillement , la chair de poule pourrait alimenter tout un bataillon du bon roi Henri le quatrième , le bonheur est a son comble .
Francis le marin dit que la baleine c’est fantastique , je lui réponds , et le caoutchouc super doux !!!
L’escorte , soucieux de faire le job , terminera le ballet en plongeant sous le bateau , son ombre au reflets verts visibles sous les eaux , sous nos pieds , sous notre coque .
Entrée , plat , dessert ; menu découverte , frénésie de cette nature avec laquelle nous rentrons en totale communion . en guise de digestif ,le body guard effectuera enfin un superbe saut à quelques mètres de nous .
La nurserie aura ce jour tenu toutes ses promesses , mes compagnons sont heureux , considérant que nous avons été plus que gâtés ce jour , nous faisons route vers la « maison » , la prochaine fois , pour la visite de la maternité , faudra penser aux fleurs , pour les baby gros , t’emmerdes pas , on trouve plus les tailles …
Samedi dernier , j’étais invité a un « fumba » , au « zébu » , cérémonie ou l’on sacrifie un bœuf a bosse pour célébrer toute sorte d’évènement ,étant sorti en mer le matin je n’ai pu m’y rendre , bras gauche douloureux , état général moyen .
Il y avait le même jour , au petit cimetière de l’ile aux nattes , un « retournement des morts » , ici on vénère le culte des ancêtres. Cela consiste a refaire la toilette a un défunt enterré depuis un moment et a habiller ses « restes » dans un beau linceul tout neuf. Après des paroles en l’honneur du mort on boit du betsa betsa ,en n’oubliant surtout pas d’en verser une rasade au sol en mémoire de ceux qui nous ont quitté .
Les cérémonies de fumba font se déplacer a chaque fois des centaines de personnes , une longue procession marche dans la même direction , il suffit de suivre pour y arriver . là aussi les anciens ont une place prépondérante , ainsi que les invités VIP . les femmes s’affairent parfois depuis plusieurs jours a la préparation des « mets » , a l’approvisionnement du banquet . ensuite vient le sacrifice du ou des zébus , puis la découpe , « a la hache » ,la cuisson , le partage en réservant les meilleurs morceaux pour les invités « prestigieux ». la fête qui s’en suit est particulièrement arrosée d’un tord boyau a faire pâlir les tontons flingueurs , « les mômes ayant torpillé le tout venant , on va se rabattre sur le bizarre » , chants et danses toute la nuit et sacré gueule de bois au matin !
J’ai finalement bien fait de ne pas m’y rendre préservant mon petit corps presque guéri de devenir un grand corps malade !!!
Le canal m’alimente ce matin de sa douce musique , me berçant dans mon temps d’écriture , demain dès l’aube , je le chevaucherai a nouveau , direction grand sud , c’est là que se cache les belles depuis quelques temps , je serais en forme , c’est sur !
Ce qui se passe entre une maman et son bébé reste encore pour moi de l’ordre du grand mystère , mais ce dont je suis sur , c’est que l’amour est là , incalculable , immense et beau .
Je dédie ce carnet a toute les femmes dont j’ai croisé le chemin , et avec qui je continue cette belle route de la vie ;
A toutes mes belles frangines ;
Marie , ma douce
Audrey , ma fillotte
Marie laure , la crevette
Nini , compagne de navigation , confidente a ses heures
Véro , sœur d’atelier
Cécile , viva italia
Maria , viva espana
Anne claire , petite sœur des iles
Sylvie ,fille des vignes
Jackie, poétesse romantique
Vivianne, fée normande

Mette , sœur viking
Mine , sœur discrète
Valérie , daktari
Marie framboise , sœur de sang
Solange , frangine malgache
Nathalie, sœur fiancée
Pauline , petite sœur des baleines
Béa ,sœur de mémoire
Catherine , sœur de souvenirs
Mia , sœur de tana
Zaza , la haut
Je rends hommage a tous les moments merveilleux que j’ai passé avec vous , faites qu’ils durent toujours , c’est ainsi que je vous aime .
Bon les potos ,je vous sais d’un seul coup un peu jaloux , mais aujourd’hui il s’agissait des belles et vous ….
VOUS N’ETES PAS BEAU !!!
Bises a tous
Même aux gorets pas beaux
Merci les filles !"
Ecrit de l’île de Madagascar, où Pascal passe queslques mois tous les ans, le soleil fait du bien à de vieilles douleurs.